L’usage du lingala dans les cours donnés en français dans les écoles de Kinshasa

Bienvenu Sene Mongaba
Bienvenu Sene Mongaba

 

L’alternance codique signifie qu’une personne utilise deux ou plusieurs langues dans un même discours. Elle est utilisée en milieu de formation par les enseignants dans les écoles primaires, secondaires et les centres de formation alternative de Kinshasa. Les enseignants, face à la difficulté qu’éprouvent les élèves à comprendre ce qui leur est enseigné en français, recourent souvent au lingala pour réexpliquer les notions exposées préalablement en français. L’idéal sera d’enseigner carrément en lingala, mais en attendant que la loi et les pratiques évoluent, les enseignants ont trouvé un moyen intermédiaire.

J’essaie dans mes travaux à caractériser cette pratique. Ceci permet de relever quelques principes d’une bonne pratique de l’alternance codique qui aident les enseignants à rendre l’enseignement technique ou scientifique plus compréhensible auprès des élèves de Kinshasa, locuteurs du lingála.

Mes travaux visent aussi à produire un guide pour les auteurs des manuels scolaires et d’autres supports didactiques pour réaliser des ouvrages qui peuvent être utilisés de manière plus efficiente par les enseignants et les élèves.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *