L’école africaine est-elle toujours une école coloniale ?

Dans les pays africains, le cursus de l’école est calqué sur celui de pays européens anciens colonisateurs. Au sortir des indépendances, les responsables africains ont voulu former des personnes qui devraient avoir la compétence des Blancs. Ainsi,

Tanga na Lingala

dans les grandes lignes le programme scolaire resta identique à celui de l’époque coloniale et comme signe d’amélioration de la qualité de cette école, ils renforcèrent l’apprentissage de la langue européenne et interdirent l’usage des langues africaines à l’école.

Sur le plan financier, au bord du gouffre, les Etats africains contractèrent des dettes auprès des gouvernements et institutions occidentaux. Ces dettes furent conditionnées par la restructuration de leurs chaînes de dépenses. Les politiques d’enseignement furent diligentées par les « experts » des anciennes puissances coloniales et des institutions financières comme le Fond Monétaire International et la Banque Mondiale.

Le programme scolaire, les manuels scolaires, la langue d’enseignement ainsi que les objectifs pédagogiques sont fixés à l’extérieur avec la bénédiction de l’intérieur.

Le concept colonial est toujours présent dans le chef de plusieurs autorités politiques. L’école telle qu’elle est organisée aujourd’hui en Afrique est une continuité de l’école coloniale et ne peut que difficilement contribuer au développement de l’Afrique. Et pour que l’attitude colonialiste (colonisateur-colonisé) s’arrête, cela est de la responsabilité des anciens colonisés de ne plus se comporter en colonisés.

Il appartient aux Africains, dans chaque pays, selon leurs ressources et leurs ambitions, d’établir un cursus, un programme et des objectifs permettant de former des citoyens capables d’améliorer le bien-être de la population. L’usage de la langue de l’élève comme langue d’enseignement va de soi. L’élève africain ne doit pas être formé pour ressembler à un élève européen ou chinois mais il doit être formé pour améliorer son propre bien-être et résoudre des problèmes auxquels sa société fait face.

2 réflexions au sujet de « L’école africaine est-elle toujours une école coloniale ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *